Rucher : la visite d’automne

A l’Automne, la récolte du miel est généralement terminée, sauf peut-être pour le miel de Bruyère qui se termine en octobre dans les Pyrénées. De ce fait, le traitement des essaims contre le varroa doit commencer immédiatement, tout comme le retrait des cadres de hausses, et l’inspection des colonies. 

Le pillage des hausses  

Lorsque l’extraction est terminée, vous pouvez déposez vos cadres aux abords de la ruche ou à l’intérieur afin que les abeilles les nettoient tout en se nourrissant.

Traitement des maladies

Dès que la récolte du miel terminée, il est impératif de commencer le traitement anti-varroa : Disposez deux languettes de traitement sur une ruche 10 cadres (ou une seule sur une ruchette) sur les cadres de couvains les plus excentrés (une languette vers la gauche, l’autre sur la droite) et laissez agir le temps alloué. Le produit va agir sur les jeunes abeilles infestées et sur le futur couvain à naître. (En savoir plus sur le Varroa ici).

Vous trouverez ces languettes de traitements dans certaines pharmacies, en vente libre sur internet, ou vétérinaires.

L’inspection des essaims

1/ Inspectez vos cadres :

 si la ponte est resserrée et régulière, votre reine est en pleine forme. Même si la ponte diminue, tout est normal, les miellées sont terminées, la reine va pondre moins jusqu’à s’arrêter totalement pendant l’hivernage.

Si la ponte est clairsemée,  la reine montre des signes de faiblesses. Vous pouvez la remplacer, nourrir un peu pour stimuler sa ponte, ou renforcer cette colonie avec un essaim.

Si votre colonie est orpheline, ajoutez une reine fécondée (nous en avons de disponible jusque fin septembre contactez-nous) ou secouez cet essaim pour renforcer une autre ruche.

> Une ruche doit contenir 15 à 18 kg de miel pour passer l’hiver, faites vos comptes !

2/ Protégez la ruche :

Ajoutez une porte d’entrée (réduite ou non), l’important étant de limiter le pillage et de faciliter le travail des gardiennes.

En novembre, quand les températures chutent, pensez à protéger vos ruches avec un isolant sous le toit, et à déposer un poids sur celui-ci pour prévenir les coup de vent. Vérifier que la ruche est bien surélevée du sol pour la ventilation, prévenir l’humidité, les maladies mais aussi les visites impromptues. (Inclinez légèrement la ruche si nécessaire en fonction du terrain pour s’assurer que la condensation s’écoule de la ruche)

Réserves et nourrissement :

1/ Contrôler l’état du couvain :

Les réserves : pour assurer la survie du couvain naissant jusqu’à fin octobre, (ou plus tard pour les régions les plus ensoleillées), vos cadres doivent contenir des réserves. Ce stockage leur permet aussi de résister aux longues périodes hivernales. Si les alvéoles sont vides ou le miel quasi inexistant, ajoutez un peu de sirop lourd (70/30) ou éventuellement un pain de candi protéiné pour renforcer la colonie. Le sirop 70/30 à une consistance qui se rapproche au plus près du miel de nectar. À défaut, elles vont pouvoir s’en servir pour nourrir le reste de la colonie, et le stocker dans les cellules en prévision de l’hiver.

Visiter vos ruches à l’automne, c’est préparer vos colonies à l’hivernage et connaître l’état de vos ruches. à partir de novembre, les visites vont s’espacées, le froid va s’installer et il est déconseiller d’ouvrir ses ruches. Déposer un pain de candi avant l’hiver sera la dernière action de l’apiculteur.

Inspection de la ponte

Nous avons une belle reine Italienne Ligustica, et un peu de couvain operculé. Ces futures abeilles vont nâitre en octobre et vivront plusieurs mois assurant ainsi l’hivernage de la colonie.

 

Inspection d'un cadre

Les abeilles sont moins nombreuses, elles ont stockées un peu de miel. Nous reviendrons les inspecter dans 7 jours afin de s’assurer qu’il reste encore des réserves.

Commentaires (0)